- Nouveau projet

SITE OFFICIEL DE BERNARD SIMONAY
Aller au contenu

Menu principal :

LE VRAI VILLAGE DE MELRAND

Maquettes du village de l'An Mil

LE VILLAGE
Toutes les maisons n'ont pas été reconstruites. La plupart se reconnaissent aux murets de pierre qui subsistent.

L'entrée d'une chaumière
(Les visiteurs ne sont pas d'époque...)

L'intérieur. L'emplacement des lits. Ceux-ci se constituaient de quatre planches où l'on entassait de la fougère que l'on recouvrait d'une couverture. Les tables étaient très peu répandues et réservés aux riches. On ne s'asseyait pas. On s'accroupissait. Les "escabelles" étaient rares.

Le foyer central
Il n'y avait pas de conduits pour laisser la fumée s'échapper. En hiver, la chaumière était constamment envahie par un nuage opaque et piquant. Mais il avait le mérite de chasser les parasites et d'assainir le chaume. En fait, on vivait très peu à l'intérieur des maisons. On se contentait d'y dormir et de s'y abriter pour la nuit. L'essentiel des activités se déroulait à l'extérieur.

Un toit de chaume

Un silo à grain sur pilotis. Les habitants y entreposaient les semences et les nourritures de longue conservation. Les pilotis les garantissaient des nuisibles... en partie. Il existait aussi des silos enterrés, que l'on n'ouvrait que pour les grandes fêtes, comme les mariages. En effet, si ces silos n'occasionnaient que 10 % de perte, une fois ouverts, il était impossible de les refermer sous peine de perdre la nourriture non utilisée.

Maquettes de chaumières

Une meule à aiguiser

Schémas de ruches
C'est vers le onzième siècle que l'on commença à élever les abeilles dans des ruches. Aupravant, on se contentait de récolter le miel des abeilles sauvages, ce qui impliquait de les tuer à chaque fois.

 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu