- Nouveau projet

SITE OFFICIEL DE BERNARD SIMONAY
Aller au contenu

Menu principal :

LES LIONORSES


On a longtemps cru que le lionorse provenait d'une mutation génétique naturelle du cheval survenue après le Jour du Soleil. Or, il a été établi qu'il avait été créé de toutes pièces en laboratoire. Ses gènes sont issus d'un croisement amélioré du chat, du guépard et du cheval. L'animal obtenu présentait de telles qualités que l'on entreprit d'en fabriquer plusieurs. On estime que le troupeau originel, situé dans le nord de l'ancienne Grande Bretagne, non encore rattachée au continent eurasien, comptait une douzaine de têtes. Le lionorse actuel apparut cependant plus tard. Rendu à l'état sauvage par la chute du monde antique, il se croisa spontanément avec des chevaux. Après le rattachement de l'île au continent, il essaima rapidement jusqu'en Ukralasia et en Afrique. Il ne gagna Canaméria qu'après l'avènement de la Religion Amanite, lorsque les Chevaliers en emmenèrent un troupeau sur place, tout comme cela avait été le cas pour les chevaux autrefois.
Contrairement à la plupart des créations génétiques, le lionorse est un animal biologiquement stable. De plus, il est le seul être vivant, en dehors de l'homme de race noble, à être doté du Shod'l Loer, cette particularité apparentée à la télépathie. Cette qualité apparut spontanément chez lui, déconcertant les chercheurs. C'est sur son modèle que les Amanes eurent l'idée de doter certains humains de ce Shod'l Loer, créant ainsi une nouvelle espèce humaine. Bien plus, autrefois animal impossible à approcher, il put enfin être apprivoisé par ces mêmes nobles et devint la monture exclusive des Chevaliers.
Plus intelligent encore que le dauphin ou le chimpanzé, le lionorse est en général plus grand que le cheval dont il conserve l'allure. Ses jambes se terminent par des griffes rétractiles héritées de son ascendance féline. Il lui doit également ses yeux effilés aux pupilles en amande. Sa mâchoire est pourvue de crocs puissants, armes de combat redoutables. Comme le cheval, il possède une crinière fournie.
Il a hérité du guépard une pointe de vitesse qui fait de lui l'animal terrestre le plus rapide, avant même son ancêtre nogafrikain. Mais, comme le cheval, il peut maintenir très longtemps une allure soutenue, grâce à une résistance extraordinaire et à une pulsation cardiaque exceptionnellement basse (20 battements à la minute).
De régime omnivore, il se nourrit aussi bien de baies, de fruits, de feuilles, que d'animaux. Il chasse souvent en solitaire, contrairement aux autres grands fauves. Curieusement, il n'attaque jamais le cheval avec lequel il lui arrive même de s'accoupler, donnant naissance à des bâtards stériles, les Marets.
A l'état sauvage, il vit selon une structure sociale très particulière, répartie en quatre groupes. Le premier groupe est celui des mâles, ou "fidèles", qui est toujours dirigé par un lionorse plus puissant que les autres, que l'on appelle le "Roi". Les mâles ont pour tâche de protéger le troupeau des attaques extérieures. Celles-ci sont rares, mais il arrive que des migas affrontent les lionorses. Chaque fidèle possède son propre harem de femelles, que l'on appelle "courre". Toutefois, les courres ne se dessinent qu'à la saison des amours, au printemps. Les femelles demeurent ainsi fidèles au même mâle leur vie durant. Elles peuvent être parfois ses propres filles.
Le deuxième groupe est celui des femelles, ou alliennes, qui vivent en compagnie de leurs petits jusqu'à ce que ceux-ci atteignent l'âge de trois ans. Ensuite, les jeunes s'éloignent de leurs mères et vont constituer le troisième groupe, celui des Adols.
A six ans, les jeunes alliennes sont en âge de procréation et rejoignent le groupe des femelles, après avoir été couvertes par un fidèle. Les jeunes mâles quant à eux subissent une épreuve difficile. Ils doivent affronter les mâles dominants. Parfois, ils sont admis dans leurs rangs sans combat, parfois au contraire ils doivent faire la preuve de leurs qualités. La plupart du temps, ils sont impitoyablement castrés et constituent le quatrième groupe, celui des hongres. C'est parmi eux que se recrutent le plus souvent les montures des Chevaliers. Mais il est également possible d'apprivoiser un adol, mâle ou femelle. Les fidèles sont beaucoup plus difficiles à aborder. Quant au roi, seuls le Commandeur Darios et le comte Dorian de Gwondaleya sont parvenus à en dominer.

 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu